2006 - www. europemaroc.com
ACTUALITE +
Google
 
Marocains du monde
 
 
MAROC EN CHIFFRES
MAROC EN LETTRES
INSTITUTIONS




ECONOMIQUE
POLITIQUE
SOCIALE


 
Presse & Médias
Droits de l' Homme
Femme marocaine
Santé
Associations
Cultures
Ambassades
Cuisine
Recherches
Musique du Maroc
 
 
 
TELECHARGER

 
ECOUTER

VISITER
REAGIR- ECHANGER
Maroc  Météo
 
 
 
Top Maroc
Annuaire Maroc
Annuaire des sites marocains
Sites internationaux
Massacres
à GAZA
Rapports & Etudes

Tourisme & Voyages
Portails & Sites
Europe       Maroc
www.europemaroc.com
Les effets de la corruption sur le développement

La corruption - définie comme "abus de pouvoir public à des fins personnelles" - a toujours existé. Mais au cours des dernières décennies, elle s'est étendue géographiquement et s'est amplifiée en intensité. Depuis le milieu des années 70, elle a atteint la quasi-totalité des pays du monde.

On pouvait espérer que la libéralisation politique et économique, qui marque les années 90 depuis la fin de la Guerre froide, réduirait ce phénomène. Grâce à la transparence accrue issue du pluralisme politique et la liberté de la presse, le processus de démocratisation devrait normalement mobiliser des forces contre la corruption. Mais les jeunes démocraties restent fragiles et ont apparemment du mal à s'attaquer aux intérêts établis.

Pour sa part, la libéralisation économique - en réduisant les interventions étatiques et, partant, les occasions de corruption - devrait, elle aussi, l'atténuer. Or, dans le court terme, nous observons plutôt le contraire : des structures d'Etat affaiblies, l'absence d'une législation adéquate, l'insuffisante capacité de l'appareil judiciaire à s'attaquer à la corruption, la recherche du gain facile - que d'aucuns confondent avec l'économie de marché !- concourent toutes à aggraver le phénomène, du moins dans une phase de transition. Cette évolution ne peut laisser indifférents ceux qui s'occupent et se préoccupent du développement.
Certes, on peut aborder la corruption et ses effets sous différents angles. On peut le faire par le biais éthique. Mais alors qu'est-ce qui nous autorise à prêcher la morale au Sud et à l'Est, alors que la corruption sévit aussi au Nord et que, s'agissant de corruption dans les relations économiques internationales, il y a, presque par définition, un corrupteur au Nord et un corrompu au Sud et à l'Est ? La seule réponse - moralement contestable mais économiquement correcte - serait que le Nord riche peut se permettre de gaspiller une partie de ses ressources alors que, dans les PVD, les rares ressources doivent être utilisées de façon optimale ! D'autres mettent en exergue les distorsions que la corruption provoque dans le jeu loyal des conditions de concurrence, en défavorisant les entreprises performantes, mais honnêtes.

Un obstacle majeur au développement
Pour ma part, je l'aborderai quant à ses effets sur le développement. En effet, une longue expérience professionnelle m'amène à conclure que la corruption est un des obstacles majeurs au développement, que ses effets sur le développement sont désastreux.
Certains opposeront à cette affirmation l'argument "culturel" qui veut faire croire que, dans certaines cultures, la corruption serait usuelle et moralement acceptée. Or, nulle part au monde, l'enrichissement par la corruption n'est licite ou moralement admis ! Je citerai à ce sujet Olusegun Obansanjo, l'ancien président du Nigéria : "Dans la conception africaine de l'estime et de l'hospitalité, un don est un symbole, un signe. Sa valeur est dans l'esprit de donner, non dans sa valeur matérielle. Le don est fait ouvertement, jamais dans le secret, pour que tous le voient. Lorsqu'un don est excessif, il suscite de l'embarras et est même rendu au donneur. La corruption a perverti les aspects positifs de cette vieille tradition".

Ensuite, il y a les cyniques - et parmi eux des professeurs réputés - qui prétendent que la corruption graisse la machine du développement et la fait fonctionner. Encore convient-il, à cet égard, tout aspect éthique à nouveau mis à part, de distinguer entre le petit bakchich qui peut accélérer certaines procédures administratives ("acceleration fees") et la grande corruption qui, elle, pervertit le processus de développement. Sans sous-estimer pour autant l'effet destructeur, même de la petite corruption, sur la société !

D'autres encore sont résignés. Pour eux, la corruption est intrinsèquement liée au sous-développement : aussi longtemps que des revenus normaux ne permettent pas de vivre décemment, toutes les portes lui seraient ouvertes. C'est donc par le développement qu'il faudrait s'attaquer à la corruption. Cela rappelle le débat sur l'explosion démographique : c'est par le développement, disent certains, qu'on résoudra le problème de la croissance de la population. Mais d'ici là, la planète sera inexorablement surpeuplée ! Ce même argument me paraît valoir pour la corruption : nous ne pouvons pas attendre que le développement l'ait éliminée. (En tout état de cause, le développement n'est pas non plus un remède miracle : s'il y a les exemples de Singapour et de Hong-Kong avec des taux de corruption extrêmement bas, il y a aussi l'Italie où la corruption s'est généralisée en pleine période de développement). Il faut donc agir, hic et nunc, sur la grande corruption.

En analysant quelques-uns des effets de la corruption sur le développement, on peut d'abord constater qu'elle renchérit, de manière non négligeable, le coût des prestations et de fournitures. Si un taux de 5 % sur sa marge bénéficiaire pouvait, à la limite, être supporté par le fournisseur, les taux de corruption de 10 à 20 %, devenus usuels, sont répercutés sur le prix et payés de la sorte sur les ressources internes ou externes (en cas de financement extérieur) d'un pays. C'est donc l'économie nationale qui supporte le surprix injustifié du produit ou de la prestation, la différence étant empochée par un fonctionnaire ou un homme politique qui aura abusé de son pouvoir au profit de ses intérêts privés. Ces opérations étant habituellement financées par crédits bancaires, ou concessionnels dans le cas d'aide extérieure, les surprix accroissent d'autant la dette du pays. On suppose d'ailleurs aujourd'hui qu'une partie non négligeable de la dette extérieure des PVD est constituée par la contre-valeur des sommes payées au titre de la corruption.

Mais les méfaits de ces pratiques ne s'arrêtent pas là : le décideur corrompu peut être tenté de se satisfaire d'une prestation de moindre qualité qui lui procurera un profit personnel accru. Ainsi, par exemple, lors de la réalisation d'un projet routier, la complicité entre administration et entreprise peut conduire à la réduction des normes de qualité convenues pour se partager l'économie réalisée. L'effet désastreux de la corruption atteint son comble lorsque la conception d'un projet et, finalement, son choix même, sont déterminés par la corruption. S'agissant de la conception, on peut penser ainsi à l'achat d'une technologie mal adaptée aux besoins d'un pays ou au choix d'une réalisation à forte intensité de capital - plus prometteuse en termes de corruption - plutôt qu'à forte intensité de main-d'oeuvre, qui favoriserait pourtant davantage le développement.

Mais où l'on atteint le sommet de la perversion, c'est lorsque le choix même des priorités - et donc des projets - est déterminé par la corruption. Nous visons ici les situations où les priorités de développement réelles d'un pays sont négligées en faveur d'opérations qui procurent les plus grands gains personnels aux décideurs. Et je citerai ici Rémi Godeau qui écrivait dans "Jeune Afrique" : "Cimetière d'éléphants blancs, ces projets morts-nés, dévoreurs de devises, l'Afrique est truffée de larges autoroutes désertes et rongées par la savane, d'usines livrées clés en main laissées à vau-l'eau quelques années à peine après leur inauguration, de lignes de chemin de fer impraticables par manque d'entretien, de barrages hydro-électriques abandonnés faute de rentabilité". Parlons-en de ces usines clés en main, de toutes ces "ruines du développement", un peu partout dans les PVD et notamment en Afrique, qui n'ont soit jamais fonctionné, soit jamais atteint une utilisation économique de leurs capacités, lorsque leur coût prohibitif n'oblige pas l'Etat à les subventionner! Lorsqu'on remonte la filière, on découvre le plus souvent des ventes d'usines sans réelle mise en concurrence des fournisseurs, avec un financement commercial (c'est rarement un financement par aide publique) mais toutefois garanti par des organismes étatiques. Il y a plus ici que présomption de corruption car quelle autre raison pourrait amener à prendre des décisions aussi contraires au développement ? Dans son ouvrage "Grand corruption in Third World Development", George Moody-Stuart a identifié les domaines qui y sont plus particulièrement exposés : fournitures militaires et autres matériels techniquement sophistiqués, grands travaux, soit tout ce qui "chiffre" et tout ce qui peut rendre les évaluations et comparaisons objectives malaisées en raison de la sophistication technique.

Il n'est pas superflu de mentionner ici qu'un pays qui s'est endetté pour réaliser des projets qui ne répondent pas à ses priorités réelles, voire économiquement inutiles ou absurdes, voit sa dette augmenter, non pas des 10 à 20 % de la corruption mais, à la limite, des 100 % de l'investissement resté improductif pour l'économie nationale. Dans le débat sur la dette, on parle rarement des mécanismes qui l'ont provoquée. Dans la plupart des cas, elle est devenue insupportable en raison d'une mauvaise utilisation des financements extérieurs à laquelle la corruption contribue de manière significative.

Au surplus, en détournant les rares ressources vers des domaines non prioritaires ou de moindre priorité, la corruption contribue pour une large part à ce que les besoins fondamentaux - alimentation, santé, éducation - restent insatisfaits. Elle est donc l'une des causes du sous-développement et de la pauvreté, en général. Certes, l'aide publique est souvent appelée à combler des déficits laissés par des gestions irresponsables de ressources disponibles par ailleurs. Mais faut-il s'étonner alors que l'opinion publique des pays du Nord puisse, à la longue, se lasser de boucher des trous qu'une bonne gestion des ressources n'aurait pas dû faire apparaître. Et de quelle manière convaincre le contribuable européen que c'est à lui de prendre en charge des dispensaires de brousse dans des pays qui investissent leurs fonds dans des projets de prestige, lorsqu'ils ne sont pas déposés sur des comptes en Suisse ?

Un cercle vicieux qu'il faut briser
C'est dire que nous sommes quasiment enfermés dans un cercle vicieux : la corruption est une des causes du sous-développement et de la pauvreté. Mais la pauvreté contribue à son extension : celui qui ne peut gagner honnêtement les moyens de subsistance des siens est pratiquement contraint à des méthodes moins honnêtes. La corruption est donc bel et bien cause et conséquence du sous-développement. Pour rompre ce processus, il faut donc s'attaquer à la grande corruption en tant que cause importante du sous-développement et éliminer graduellement les raisons de sa propagation dans la société, et notamment l'insuffisance notoire de revenus permettant une vie décente.

De manière générale, on peut dire que la corruption tue aussi l'esprit de développement. Rien n'est plus destructeur pour une société que la course vers "l'argent facile et rapide" qui fait apparaître ceux qui travaillent honnêtement et durement comme des imbéciles naïfs. C'est pourquoi, dans le cadre des réformes économiques appelées "ajustement stucturel", il importe que le modèle préconisé soit celui d'une économie de marché, bien encadrée par la loi et par un Etat efficace, qui ne laisse pas libre cours à un capitalisme sauvage orienté vers le profit immédiat et à tout prix. L'exemple de certains pays de transition à l'Est, où l'économie de marché est devenue synonyme de jungle, de mafia et de corruption, doit nous inciter à la réflexion.
Enfin, une économie minée par la corruption exerce un effet répulsif sur les investisseurs extérieurs potentiels et les bailleurs de fonds publics. Or, le développement exige que les flux financiers soient attirés par le pays qui en a besoin. "Le succès appelle l'argent. Le gaspillage, l'échec et la gabegie le font fuir" comme l'a dit Serge Michailof. Et si les investisseurs sont déterminés à faire des affaires, ils recherchent, à l'exception des aventuriers, des pays d'accueil où le climat est stable et prévisible. On connaît ainsi des entrepreneurs qui se sont retirés de certains pays africains - pourtant dotés de ressources - en raison des contraintes de la corruption qu'ils jugeaient insupportables. Quant aux bailleurs de fonds publics, ils hésitent de plus en plus à apporter une aide financière à des pays qui gèrent mal leurs propres ressources. C'est en cela que réside l'une des causes de ce qu'on appelle la lassitude en matière d'aide publique ("aid fatigue"). Pourquoi d'ailleurs les institutions d'aide financière n'iraient-elle pas jusqu'à la suspension de la coopération en cas flagrant de corruption et de mauvaise gestion, comme elles le font lorsqu'il y a violation grave des droits de l'homme ? Inversément, la bonne gestion des affaires publiques ("good governance") devrait devenir le critère déterminant de l'allocation de l'aide. L'article 5 de la Convention de Lomé IV révisée me semble préfigurer une telle orientation.

En conclusion, loin de réserver l'examen critique qui précède aux pays du Sud, je dirai que les partenaires du Nord ont leur part de responsabilité dans les méfaits de la corruption, ne serait-ce qu'en raison de l'incohérence entre leur politique de coopération au développement et leur politique de promotion des exportations. Partant du principe que les efforts de coopération sont réellement motivés par des considérations de développement - et je puis en attester en tout état de cause pour la politique de l'Union européenne que j'ai servie durant de longues années -, il faut bien constater que les pays occidentaux ont tendance à promouvoir leurs exportations, avec d'autres instruments, sans considération aucune pour leurs effets en termes de développement, contribuant ainsi aux errements que nous avons analysés. Qu'ils tolèrent, voire encouragent, la corruption comme un moyen de promotion de leurs ventes - en limitant l'application du droit pénal aux actes sommis sur leur propre territoire et en permettant la déduction fiscale de la corruption comme "dépenses utiles" - me paraît scandaleux. Il y a, dans les pays du Nord aussi, un vaste champ de lutte contre le chancre de la corruption internationale, lutte que nous avons engagée dans le cadre de "Transparency International". Cette ONG créée en 1993 se tient à la disposition de tout pays qui souhaite réellement s'attaquer au fléau de la corruption.

par Dieter Frisch
Texte intégral d'un article paru dans le Courrier ACP-UE
no. 158, juillet-août 1996: pages 68 - 70