2006 - Maroc2007.net

Deux millions de Marocains ont voté pour la gauche en 2002
       

Mohamed Mrini, membre du Bureau politique de l'USFP, affirme que lors des élections de 2002, environ deux millions de Marocains ont voté pour la gauche.
Vous avez suivi les débats autour du projet de Code électoral. Quel est votre avis sur cette question ?

Les élections législatives de 2002 ont consacré une évidence : environ deux millions de Marocains ont voté pour les forces de gauche. Ce bloc une fois unifié deviendra alors une force majeure au Maroc.
Cette évidence n'a pas été assez bien expliquée aux citoyens dans un contexte politique marqué bien évidemment par la balkanisation et le pluralisme sans fondements que connaît la gauche.

Compte tenu des changements universels et de l'existence de la seule social-démocratie, il est temps pour les forces de gauche au Maroc de gérer les différences de vues au sein de l'unité. Il est demandé à cet égard aux forces de gauche marocaines de former un front pour les prochaines élections législatives et ce en constituant une liste commune qui donne la possibilité à toutes les sensibilités de la gauche d'être présentes au Parlement.

Le Code électoral présenté par l'USFP a pour objectif nodal de mieux servir les intérêts des composantes de cette gauche qui, bizarrement et paradoxalement, ne cesse de parler d'exclusion.

Le seuil est un élément essentiel dans le projet de code électoral, il a d'ailleurs suscité un vif débat. Qu'en pensez-vous ?
C'est un moyen qui ambitionne de rationaliser le paysage politique national. Je tiens à rappeler qu'une grande majorité des élus de gauche lors des élections législatives de 2002 ont dépassé le seuil de 6, 7 voire même 10%.
Concernant l'échéance de septembre 2007, la gauche devrait être le grand bénéficiaire stratégique et ce, en mettant en place un front solide de la gauche social-démocrate.

Je tiens à préciser que l'USFP est tout à fait disposé à initier un dialogue sincère et fructueux avec les autres forces de gauche pour la constitution d'une liste commune regroupant les socialistes marocains lors des élections de 2007. C'est dans cette perspective que s'inscrit l'initiative du groupe socialiste invitant toutes les composantes de cette gauche en vue d'une gestion commune et adéquate de l'avant septembre 2007.

Certains avis prétendent que ce Code électoral a pour objectif d'exclure certains partis. Qu'en pensez-vous?
Il vaut mieux oeuvrer pour exclure les opérations d'achat de voix lors des prochaines législatives et ce pour nous épargner de répéter l'expérience du 8 septembre dernier lors du renouvellement du tiers sortant à la Chambre des conseillers. Je crois qu'il est impératif d'initier le dialogue au sein de la famille socialiste permettant d'établir les bases communes pour mieux affronter les enjeux de 2007.

Justement quels seraient, selon vous, les scénarios éventuels à l'issue de cette échéance ?
Je crois fermement qu'il n'y a qu'un seul scénario : la réussite. Une réussite qui conforte la place de la Koutla et consolide ainsi la position des socialistes au sein de la majorité gouvernementale. Une issue qui favorisera notamment l'accélération des cadences des réformes au Maroc.Propos recueillis par Mohamed Jaabouk

Libération
28/11/ 2006

MAROC EN CHIFFRES
MAROC EN LETTRES
INSTITUTIONS




ECONOMIQUE
POLITIQUE
SOCIALE


Presse & Médias
Droits de l' Homme
Femme marocaine
Santé
Rapports & Etudes
Associations
Cultures
Tourisme
Ambassades
Cuisine
Portails
Recherches
Musique du Maroc
Europe       Maroc
www.europemaroc.com