2006 - www. europemaroc.com
ACTUALITE +

  Traduire cette page :  de  
  

Google
 
Marocains du monde
 
 
MAROC EN CHIFFRES
MAROC EN LETTRES
INSTITUTIONS




ECONOMIQUE
POLITIQUE
SOCIALE


 
Presse & Médias
Droits de l' Homme
Femme marocaine
Santé
Associations
Cultures
Ambassades
Cuisine
Recherches
Musique du Maroc
 
 
 
TELECHARGER

 
ECOUTER

VISITER
REAGIR- ECHANGER
Maroc  Météo
 
 
 
Top Maroc
Annuaire Maroc
Annuaire des sites marocains
Sites internationaux
Massacres
à GAZA
Rapports & Etudes

Tourisme & Voyages
Portails & Sites
Europe       Maroc
www.europemaroc.com
Inondations au Maroc: où sont les entreprises citoyennes

Plus de vingt-quatre personnes ont trouvé la mort  en une semaine suite aux crues de rivières ou à l'effondrement de leurs maisons en pisé dans différentes régions, principalement au centre (Région de Kinétra, Sidi Kacem..) et au nord du Maroc (Tanger, Tétouan, Al Hoceaima..).

Trois barrages régionaux totalement remplis ont déversé l'excédent de leurs eaux dans les deux rivières,  Sebou et du Beht  ont  aggravé les inondations et provoquant des dégâts matériels considérables.
Dans la région du Gharb, près de kinetra, plus de 100.000 hectares cultivés ont été inondés  on compte plus de 2.252 maisons inondées et 328 autres endommagés.

Selon les autorités, plus de 2.000 personnes menacées par les eaux ont été évacuées et relogées dans des centres d'accueil près de Sidi Slimane.

Dans les régions du centre et de l'est du pays, les pluies ont aussi endommagé près de 300 maisons en pisé.
Les autorités assurent outre l'hébergement, la distribution de produits alimentaires, de couvertures et de médicaments aux sinistrés.






















Toutefois, les associations et la presse indépendante soulignent que les efforts des secours ont été concentrés sur la région de Sidi Slimane d'où sont issues de nombreuses personnalités politiques influentes à Rabat. Les autres régions sinistrées ont été abandonnées à leur sort et des milliers de familles qui ont tout perdu attendent toujours l'arrivée de l'aide gouvernementale.

Par ailleurs, des dizaines de villages sont coupés du monde depuis de nombreux jours suite aux chutes de neige qui ont dépassé quatre mètres dans certaines zones.

Les pertes humaines et économiques sont considérables et ne peuvent être imputées uniquement aux intempéries, même si les dernières pluies ont été  ont été plus abondantes que d'habitude.
Récemment, en octobre 2008, le Nord du Maroc était noyé sous des pluies torrentielles entraînant des pertes humaines et des dégâts matériels très importants.

Les habitants de Tanger, de Tétouan et Fnidaq se demandaient pourquoi il y a tant de dégâts matériels et de pertes humaines alors que la ville de Sebta occupée qui compte plus de 70 000 habitants,  a subi les mêmes pluies mais n'a pas enregistré de pertes ?

Les inondations au Maroc constituent encore et toujours une problématique récurrente du sous-développement régional.Cette situation révèle l'insuffisance voire l'absence d'infrastructure de qualité. Les travaux d'infrastructures sont bâclés et ne résistent pas à la moindre précipitation. Le réseau d'assainissement  inadapté se trouve submergé. Les ponts, les routes sont emportés et les constructions anarchiques se retrouvent inondées.
D'autre part, ces pertes humaines révèlent également l'absence d'équipes de secours efficaces et aptes à faire face aux catastrophes naturelles.

Pourtant, chaque province du Maroc est dotée d'un service de protection civile et on se demande quel est son rôle? le décore de la façade ? Voilà un service public qui mérite d'être privatisé. Après tout, on a bien des sociétés étrangères qui gèrent nos parkings et nos ordures pourquoi ne pas avoir un contrat de gestion déléguée saisonnière  pour faire face aux inondations et à la sècheresse.

Quand on voit des milliers de familles qui ont tout perdu et d'autres complètement isolées du monde dans les montagnes de l'Atlas, on ne peut s'empêcher de se demander également où sont les milliardaires du Maroc? . Les grandes entreprises de distribution pourraient, par exemple, organiser des collectes de produits alimentaires de première nécessité destinés aux sinistrés des inondations.
Maroc Télécom, Meditel, Groupe Achaabi, groupe Addoha, Groupe Banque Populaire, AttijariWafa Bank, Groupe Accor, Marjan, Metro…etc. Ces entreprises  réalisent des profits considérables mais elles sont complètement absentes dans les moments difficiles. Or c'est dans de pareilles circonstances qu'elles doivent monter leur responsabilité d'entreprises citoyennes.



Hatimi