2006 - Maroc2007.net
ECOUTER
Radio Tanger Médi 1
Radio Tanger RTM
Radio Laayoune
DiwanFM
RTM
2M

Portail de la diaspora marocaine

TELECHARGER

Maroc : Trop de Ministres tue la démocratie



Le poids de la fiscalité et de la parafiscalité incite les contribuables à élaborer toute une série de stratégies pour contourner la pression fiscale. La fuite fiscale s'organise sous diverses formes et à terme l'assiette imposable diminue ce qui entraine une baisse des recettes fiscales.  Ainsi, trop d'impôts tue l'impôt.

Au Maroc, non seulement il y a trop d'impôts réduisant le maigre pouvoir d'achat des ménages, mais il y a aussi trop de ministres et probablement il y a une relation de causalité, relation de cause à effet, entre le poids de la fiscalité et le nombre impressionnant de ministres avec et sans portefeuille sans oublier les ministres délégués et les secrétaire d'Etat…
On peut avancer le même principe au niveau de l'efficacité d'un gouvernement et de la bonne gouvernance. Plus le nombre de ministres est faible,  plus grande est la rapidité de prise de décisions et donc plus grande sera l'efficacité et l'efficience de la politique d'un gouvernement.

Le Maroc compte plus de ministres que la France et l'Espagne réunies
Le gouvernement marocain est composé de 37 membres (contre 32 dans le précédant) : un ministre d'État, 23 ministres, sept ministres délégués, six secrétaires d'État et un secrétaire général du gouvernement. ..

Pour être complet, il faudrait tenir compte du gouvernement du Palais composé de conseillers qui constituent, en réalité, les véritables décideurs au Maroc.

A cette armada de ministres et de conseillers, viennent s'ajouter une autre série de postes inutiles au Parlement (325 parlementaires) et  une Chambre de représentants (270 Conseillers) qui ne représentent pas grand chose.

A titre de comparaison, la France avec ses 60 millions d'habitants (deux fois la population du Maroc) a toujours compté entre 25 et 30 ministres. Le dernier gouvernement de Sarkozy compte quinze ministres, quatre secrétaires d'Etat et un haut commissaire et le gouvernement espagnol de Zapatero compte une vingtaine de ministres. Au total, le Maroc compte plus de ministres que la France et l'Espagne réunies !

On ne dépasse pas certains pays européens uniquement au niveau du nombre de ministres. Les salaires, les indemnités et les avantages divers de certains hommes politiques marocains n'ont rien à envier à ceux des pays les plus développés. Sans oublier que les Ministres marocains bénéficient d'une rente confortable à vie supérieure au salaire imposable d'un cadre. Un luxe dans un pays où plus de la moitié de la population vit avec moins d'un dollars par jour !.

Qui fait quoi ?
Au Maroc, non seulement il existe un nombre considérable de ministres, mais aussi leurs compétences sont diluées par le rattachement d'une foule de ministres délégués au ministère principal.
Quand les compétences d'un ministre sont distribuées aux ministres délégués, l'observateur extérieur se demanderait ce qui reste au Ministre.

Prenons l'exemple du patron socialiste de l'USFP, à 76 ans, il est ministre de l'Aménagement du territoire, de l'Eau et de l'Environnement. On vaudrait bien savoir ce qu'il lui reste comme compétences quand on sait que:

Secondaire, tertiaire, quartaire...
Il y a des ministres dont les compétences sont très étendues comme le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Télécommunications qui doit gérer trois secteurs importants et incompatibles.

Il y a également des ministres qui sont noyés dans le flou total comme le ministre du Commerce extérieur qui doit composer avec ses homologues du Commerce et de la Douane qui relève des compétences du ministre des finances.

Pour avoir image transparente et limpide à l'extérieur, il y a le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, le ministre délégué auprès des Affaires étrangères et de la Coopération chargé des Marocains résidant à l'étranger..

Enseignement et analphabétisme
Pour l'enseignement c'est le brouillard total,  il y a  le ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse, le ministre délégué chargé de la Recherche scientifique,  le secrétaire d'État chargé de l'alphabétisme et de l'Éducation non formelle, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Emploi, des Affaires sociales et de la Solidarité, chargé de la Formation professionnelle,
The last but not the least, il y a le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, chargé de la Jeunesse...

Ministre de l'énergie cherche le pétrole
Le Maroc est le premier producteur mondial du phosphate et dispose des plus grandes réserves mondiales de ce produit exploité par l'Office chérifien du phosphate. Mais le Maroc importe la majorité de sa consommation de produits pétroliers. Pourtant, il y a bien un   ministre de l'Énergie et des Mines ...

Ministre délégué auprès du Premier ministre
La primature n'a pas été oubliée dans ce désordre, il y a un ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'Administration de la Défense nationale,  un ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Affaires économiques et générales et de la Mise à niveau de l'économie et d'un ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du Logement et de l'Urbanisme.

Ce n'est pas moi, c'est lui…
Dans de telles conditions, il est quasiment impossible pour le citoyen de trouver un interlocuteur efficace.  Il faudrait faire le tour de plusieurs départements pour constituer le puzzle .
Une multiplication de postes de ministres et de ministres délégués entraine fatalement une inflation de canaux de  communication et il arrive qu'un ministre fasse une déclaration qui va à l'encontre de la politique de son gouvernement. Pour pallier à ce désordre, un autre poste a été crée: le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement.

La première chambre et une suite royale
Il y a 325 parlementaires  qui parlent beaucoup sans agir et 270 conseillers qui refusent de  partir en retraite en achetant des voix à des prix vertigineux. Tous ces  représentants loin du peuple, communiquent avec le gouvernement à travers un canal créé rien que pour eux : le  Ministre des Relations avec le Parlement .

Culture, mosquées et sans compétences
Il y a encore quelques spécificités marocaines plus anachroniques les unes que les autres: un ministre de la Culture (ne me demandez pas laquelle), un ministre des Mosquées qui vend des terrains et  un secrétaire d'Etat tranquille sans compétences ou sans portefeuille.


Le plus hallucinant dans cette mosaïque maroco-marocaine est qu'un ministre appartenant à un parti pourrait être torpillé par deux voir quatre ministres délégués, issus d'autres partis, sans aucun dénominateur commun.

Compte tenu de cette configuration gouvernementale paralysante, les réalisations de ce gouvernement sont très modestes voir médiocres face aux aspirations et aux espoirs de la population.

Les principaux fléaux qui rongent la société marocaine sont toujours présents et certains se sont même amplifiés:

Certes, il y a des projets et des chantiers ici et là, mais leurs retombées au niveau de l'emploi et du bien-être de la population demeure très limitées. Il s'agit principalement de projets dans le tourisme, détenu par des opérateurs étrangers qui rapatrient leurs bénéfices et de la spéculation immobilière sans effets d'entrainement durables au niveau économique et social.

A deux mois des élections législatives, (7 septembre 2007) aucun parti politique n'a annoncé un programme clair, sérieux et à la hauteur des attentes de 34 millions de Marocains. Près de 4 millions d'électeurs ne figurent pas sur les listes électorales et les observateurs annoncent un nouveau taux d'abstention record.


Hatimi

MAROC EN CHIFFRES
MAROC EN LETTRES
INSTITUTIONS




ECONOMIQUE
POLITIQUE
SOCIALE


Presse & Médias
Droits de l' Homme
Femme marocaine
Santé
Rapports & Etudes
Associations
Cultures
Tourisme
Ambassades
Cuisine
Portails
Recherches
Musique du Maroc
Europe       Maroc
www.europemaroc.com